PRESENTATION DU THEATRE

Thierry : Alors notre philosophie, c’est simple ! C’est pouvoir transcender la parenthèse fictive que notre prisme propose afin que le lieu du Théâtre des Chartrons soit le catalyseur des émotions déjà existantes chez le spectateur néophyte. Ou lambda pour vulgariser un peu.

Anne-Sophie : Oui tu as raison, vulgarise un peu, parce que moi, je n’ai pas pipé un mot. Donc, ça on est d’accord, c’est la version simple de notre philosophie pour toi ?

Thierry : Oui, c’est extrêmement limpide.

Anne-So : Oui, avec le petit Robert dans l’oreillette et une encyclopédie sur les genoux, on a peut être au moins une chance de vérifier si tu parles bien français. Mais sinon…

Thierry : Tu n’as pas compris ?

Anne-So : Après parenthèse, j’ai commencé à voir un éléphant qui dansait le French Cancan dans ma tête…

Thierry : Et bien voilà, c’est aussi, un peu ça notre philosophie.

Anne-So : Notre philosophie, c’est un pachyderme qui s’éclate sur Offenbach ?

Thierry : Oui, comme une métaphore. Le Théâtre des Chartrons, l’endroit de tous les possibles. Il était rose ton éléphant ?

Anne-So : Tu sais que c’est dangereux la drogue Thierry.

Thierry : Nous sommes dans une pub de prévention ?

Anne-So : Non ! Nous sommes sur le site internet du Théâtre des Chartrons pour parler de notre philosophie au sujet du théâtre.

Thierry : Du théâtre en général ou…

Anne-So : Mais arrête de te prendre la tête. Tu t’es fait mordre par Bernard Pivot ou quoi ? Non. Les motivations de notre passion ! Moi par exemple, j’aurais dit que ce qu’on aime le plus, c’est raconter des histoires. Faire rire est évidemment important, mais ce n’est que la pommade pour faire passer le message. Nous ce qu’on désire, c’est donner au spectateur la possibilité de se détendre sans l’empêcher de réfléchir. Ce qui nous fait vibrer, c’est répéter suffisamment afin que la première ait déjà l’allure d’une vingtième représentation. Notre passion c’est lorsque le qualitatif est au rendez-vous des fictions que nous proposons. Parce que le respect du spectateur est au coeur de notre attention et qu’une ovation d’un public conquis est la meilleure récompense que nous puissions recevoir. Voilà ce que j’aurais dit.

Thierry : Oui. En gros, rien de plus que ce j’avais déjà raconté.

NOS COMEDIENS

ANNE-SOPHIE PERRIER

Mes petits choux, lorsque Anne-Sophie pose son regard sur vous, on peut entendre Patrick Swayze chanter « she likes the wind ». D’ailleurs, on ne laisse pas Anne-Sophie dans un coin. Même pas pour tirer un corner. Anne-Sophie est une interprète de génie. Après avoir décroché sa maîtrise en langue charentaise, elle décide de s’attaquer au « Bordeluche ». Idiome d’oc dont la rugosité paresseuse vous rappelle que le jaune et l’épaule ont nécessairement besoin d’un traducteur expérimenté pour être compris. Mais la difficulté ne fait pas peur à cette travailleuse acharnée qui ferait passer une fourmi pour une cigale. Elle se lance donc à corps perdu dans cette bouillie bordelaise sans négliger des langues comme le grec, l’égyptien, le turc et le Nabila. Même si ce dernier idiome est amputé de son ultime syllabe vu la pauvreté du vocabulaire. Anne-Sophie arrivera donc à prendre un accent du Sud Ouest qui lui permettra de se fondre dans cette jungle de l’interprétation. Je vous le répète mes petits choux, on ne laisse pas Anne-Sophie dans un coin. On la met sur le devant de la scène.

LIMENGO 

Mes petits choux, Limengo n’est pas un homme comme les autres. C’est un comédien certes, mais d’aucun affirme qu’il l’a surpris en train de voler. Alors ne vous méprenez pas mes petits choux. Voler dans les airs. Comme Superman, Mais sans cape et en évitant le mauvais goût du slip rouge par dessus le pantalon. Limengo, en plus de savoir défier l’apesanteur, a une classe naturelle. C’est un super héros qui ne galvaude pas le mot élégance. C’est un passionné de pulls à rayures.

EMMANUEL 

Pour présenter Emmanuel mes petits choux, je… Enfin… Ce n’est pas que… Mais en fait… Parce que… Pourquoi est-ce si difficile de finir une phrase ? Mon Dieu je suis atteint de Emmanuel « Lortétite » aigue. La maladie des trois petits points. J’en ai tous les symptômes parce que… Ah ! Ça y est, ça recommence.

SÉBASTIEN

Sébastien, mes petits choux, c’est un sourire. Une mâchoire ouverte, comme une passerelle vers le bonheur. Dans une vie américaine, il aurait pu jouer le requin des dents de la mer sans aucun trucage. Spielberg aurait été subjugué à chaque seconde de cet effet spécial si peu onéreux. Mais mes petits choux, Sébastien n’est pas qu’une mâchoire. C’est une bouche évidemment, un porteur de voix qui aime raconter des histoires au gens nés avant 1904. 

THIERRY RÉMI

Un mètre quarante quatre pour la police, Deux mètres vingt pour les syndicats, Thierry Rémi a cent talents, cent passions, cent familles évidemment. Alors mes petits choux, pour le théâtre des Chartrons, Thierry Rémi c’est un mètre soixante cinq de bonheur. Un visage dont les traits mélangent la beauté avec l’humour. Sa couleur de cheveux si typique du grenier Médocain révèle une texture souple et brillante qui prouve que c’est un comédien bien nourri. Lorsque qu’il court au ralenti après ses représentations sur la musique de Royal Canin, on sent toute la virtuosité qui l’habite. 

CHARLOTTE

Mes petits choux, cette fille est extraordinaire. Elle a commencé les arts martiaux à l’âge de deux ans, pulvérisant littéralement le record de Mozart. À trois ans, elle avait déjà battu 8 fois Jean-Claude Van damne en combat à longue distance. Précurseuse d’un nouveau genre, palpé/taté, elle enseigne à l’âge de 5 ans, l’art de la grimace à Chuck Norris. Steven Seagal dira d’elle que c’est un Jedi dans un corps de minipouce alors qu’il n’avait vu aucun épisode du dessin animé.

MÉLANIE

 

THIERRY MARGOT

Mes petits choux, lorsque Thierry naquit à l’âge de deux ans, il se demanda s’il n’avait pas des prédispositions pour le calcul mental. Il voulut pousser un premier cri pour avertir ses proches de sa présence. Mais il en fût incapable. Rien ne sorti de sa bouche si ce n’est un filet de bave si cher au dormeur appréciant la sieste. Juste un petit son crissa. Sa mère sursauta et elle se demanda pourquoi son enfant couinait. Alors le père dit, s’il couine, appelle-le Freddie. La mère opina du chef de façon négative alors que ce n’est pas si facile à faire et elle rétorqua. Non, déjà qu’il couine Margot. Son père aurait bien ri s’il avait possédé de l’humour mais son demi-frère venait justement de lui en emprunter et c’était un mauvais payeur. Alors il fit la tronche en guise de bonne humeur. Il rajouta juste : « qu’est-ce qu’on va faire de ce garçon qui ne saura jamais raconter des blagues de Toto ? » En fait, mes petits choux, je trouve ça extrêmement étrange de parler de moi à la troisième personne. J’ai l’impression de m’être fait visiter par Alain Delon. Alors que dire de moi à part que je suis complètement frappé. Rien. Et j’ai même des preuves. Vous avez vu tout ce que j’ai écrit sur les autres comédiens ?

Réouverture du Théâtre des Chartrons en Septembre 2021

Le soleil a percé, la chaleur est entrée en scène, l’été a pris ses quartiers…. Malheureusement, seules les réservations au Théâtre des Chartrons restent frileuses….

Par conséquent, nous avons pris la décision d’attendre la rentrée de septembre pour vous retrouver… tout beaux et tout bronzés !

Très bel été à toutes et tous et… prenez soin de vous, cher public !

Le Théâtre des Chartrons